Couple investissant à deux dans l'immobilier

Investir à deux dans l’immobilier

Article invité : rédigé par Solène J.

 

Si vous vivez actuellement en couple et que vous avez pour projet d’acheter un logement avec votre conjoint, il existe plusieurs solutions en fonction de votre situation matrimoniale. Découvrez de quelle manière vous pouvez investir à deux dans l’immobilier et comment vous protéger mutuellement.

Investir à deux dans l’immobilier lorsque l’on est
marié.

Dans le cadre d’un mariage, il existe 4 types de régimes matrimoniaux :
•  La communauté réduite aux acquêts (régime légale, automatique si pas de contrat).
•  La communauté universelle (plutôt pour les personnes d’un certain âge).
•  La séparation de biens (distinction du patrimoine).
•  La participation aux acquêts (très peu utilisé en France).

2 régimes communautaires : le logement est détenu à parts égales entre chacun des époux.
2 régimes séparatistes : le logement est détenu à proportion des contributions financières de chacun des époux.
En cas de divorce, le bien est partagé de façon égalitaire. Les époux peuvent rester en indivision ou mettre en vente le bien. L’un des deux époux peut aussi indemniser son conjoint afin de conserver le bien.

 

Investir à deux dans l’immobilier lorsque l’on est
pacsé.

Le pacte civil de solidarité est un contrat conclu entre deux personnes dans le but d’organiser leur vie à deux.
Deux régimes sont possibles afin d’investir à deux dans l’immobilier :
•  La séparation des biens : le partage du bien se fait en fonction des quotes-parts.
•  L’indivision : le montant de la vente du bien est partagé en deux.

Le rachat des parts par l’un des deux partenaires est possible. Et si l’un d’eux décède, les héritiers bénéficient de la part du défunt, sauf dans le cas où un testament a été rédigé pour que les partenaires puissent être héritiers mutuels du bien immobilier acheté.

 

Investir à deux dans l’immobilier lorsque l’on est
en union libre.

Il s’agit d’une union de fait, défini par une vie commune. Les concubins ne bénéficient d’aucun avantage en termes de succession et de donation. Si vous souhaitez investir à deux dans l’immobilier, sans être unis, vous pouvez choisir d’acheter en indivision ou de créer une SCI. Les principes de l’indivision sont les mêmes que pour le pacs. Grâce à la création d’une Société Civile Immobilière (SCI), chacun des partenaires reçoit des parts sociales proportionnelles aux parts détenues dans le capital social de la société.
En cas de décès, la clause « de tontine » permet au conjoint survivant de posséder entièrement le bien. Sinon, les parts reviennent aux héritiers du défunt. Si les concubins se séparent, la valeur du bien se divise en parts sociales et le bien est généralement vendu.

 

En résumé, le concubinage ne protège que très peu les partenaires, le pacs permet des avantages fiscaux mais pas juridiques et le mariage vous protège fiscalement et juridiquement. Avant d’investir à deux dans l’immobilier et pour éviter tout aléa, prenez rendez-vous avec un notaire.

13 Commentaires

Laissez un commentaire :
Votre adresse email ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 Commentaires

  1. Barnes Immobilier
    Barnes Immobilier le 10 octobre

    La création d’une SCI est effectivement une bonne solution pour acheter à 2 un bien immobilier en cas d’union. Merci pour cet article bien écrit.

    Répondre à Barnes
    1. Julien Larcher
      Julien Larcher le 20 octobre

      Merci à Solène. 🙂

      Répondre à Julien
  2. Cris
    Cris le 14 octobre

    Très intéressant d’avoir proposé ce sujet ! Les gens ne sont souvent pas assez informés avant de se lancer dans un projet à deux.

    Répondre à Cris
    1. Julien Larcher
      Julien Larcher le 20 octobre

      Il y a effectivement beaucoup de choses à dire sur l’investissement à deux et même à plus de deux.

      Ces cas sont abordés dans la Méthode Larcher.

      Répondre à Julien
  3. Esra
    Esra le 28 octobre

    Bonjour,
    C’est vrai qu’avant d’investir à deux dans n’importe quel projet, il faut se poser des questions. Il faut s’attendre au pire, pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Comme on ne sait pas de quoi sera fait demain, c’est mieux de se renseigner et de bien réfléchir avant de se lancer. Merci pour ces informations très utiles.
    À bientôt

    Répondre à Esra
    1. Julien Larcher
      Julien Larcher le 28 octobre

      Avec plaisir Esra. 🙂

      A bientôt.

      Répondre à Julien
  4. Loic
    Loic le 06 janvier

    Bonjour Julien,

    Dans mon cas, je viens d’investir non pas avec ma compagne mais avec… ma mère!
    J’ai 26 ans et je savais à l’avance que je ne serais pas en CDI avant 1 an, cependant je ne voulais pas me tourner les pouces pendant 1 an donc j’ai trouvé cette solution d’investir à deux.
    Ma mère et moi avons chacun des forces qui compensent les faiblesses de l’autre. Mon âge compense le sien (50ans, les banques y réfléchissent à deux fois) et la sécurité de son emploi compense ma situation d’étudiant. Nous serons propriétaires ce Vendredi à 50% chacun. De plus, comme je suis le seul héritier de ma mère, et bien c’est comme si j’achetais le bien à 100%

    Je souhaitais montrer par ces quelques lignes qu’il existe des tas de solutions pour acheter à deux.

    Petite question qui me taraude Julien: les dégradations du locataire sont un volet qui nous fait assez peur. Souscrire à une assurance contre les dommages est-il le seul moyen de louer sereinement ? Quelle est la manière dont tu procèdes ?

    Merci à l’avance et au plaisir de te lire

    Répondre à Loic
    1. Julien Larcher
      Julien Larcher le 15 janvier

      Bonjour Loic

      Je te remercie pour ton partage d’expérience, effectivement il y a toujours une solution, l’essentiel est d’atteindre son objectif.

      Petite question qui me taraude Julien: les dégradations du locataire sont un volet qui nous fait assez peur. Souscrire à une assurance contre les dommages est-il le seul moyen de louer sereinement ? Quelle est la manière dont tu procèdes ?

      Les dégradations font peur à la plupart des propriétaires, c’est un sentiment normal.
      La meilleure façon de dormir l’esprit tranquille est de faire une sélection drastique des locataires.
      Mais pour avoir le choix, il faut proposer un logement en bon état et bien situé.
      Prendre une assurance en plus permet d’avoir la certitude de remettre le bien en état si toutefois il y a eu des dégradations.
      De plus cette assurance est déductible des revenus locatifs. 🙂
      Voir : Les charges déductibles de vos revenus fonciers.

      Répondre à Julien
  5. marc
    marc le 02 mars

    Bonjour à tous ! merci pour ce site très clair , et beaucoup à apprendre …

    Voilà ma question, mon père a une grange , cette bâtisse est découpé en trois partis, 2 de ces sœurs et lui , une a déjà 3 logements locatif et une son logement principale, la partie de mon père est totalement à rénové … de gros travaux ..
    je suis fils unique , donc un jour cette partie me reviendra. quel stratégie adopter ? car mon père (divorcé) vivant seul a la retraite depuis 1 an , est propriétaire de son logement principale , a 50 mètre de cette partie à rénové.
    il a plus de chance d’obtenir un prêt (que moi) sur 15 ans , car il a un assez important capitale , le cout des travaux , pour 2 t2 de 62m2 avoisine les 161 000 euros clé en main par un maitre d’œuvre . je suis en attente d’un autre architecte pour 2 logement de 55 m2 , pour réduire aussi les cout nous envisageons de faire une partie du gros œuvre , pour ramené le cout à environ 122 000 à 130 000 euros .

    d’où un prêt sur 15 ans de 122 400euros,(dont 10 000 euros d’apport) 679 euros de mensualité, assurance incluse .
    les 2 logements serait loué environ 470 euros chacun, 8158 euros de prêt par an : et 8460 euros de loyer sur 9 mois ;
    faut il que mon père garde le bien a son nom et que le prêt ce fasse donc a son nom aussi , mais sachant que plus tard j’aurais a payer des frais de succession ..

    j’espère être clair

    très cordialement

    Marc .

    Répondre à marc
    1. Amélie
      Amélie le 24 mars

      Bonjour Marc

      Le plus judicieux serait de créer une SCI avec votre père. Vous obtiendrez un prêt immobilier sans problème. Il n’y aura pas de frais de succession ou très peu si votre SCI est bien faite.

      Cordialement.

      Amélie

      Répondre à Amélie
  6. Jean1
    Jean1 le 11 mars

    Hello,
    L’investissement à deux ne doit pas être pris à la légère. Pour ma part, j’opterai plus pour les régimes communautaires. 🙂

    Répondre à Jean1
  7. Morgane
    Morgane le 14 mai

    Bonjour,

    Très bon sujet, rarement abordé donc c’est bien d’en parler.
    Pour ma part je ne souhaite pas investir avec mon mari qui est extrêmement peureux et qui est plus un « frein » à l’investissement qu’autre chose ! Même si mon projet est hyper réfléchi il ne comprends pas comment on peut gagner de l’argent avec l’immobilier car selon Lui si c’était possible « tout le monde le ferais et ça serait connu ! » Bref, je cherche donc une solution pour investir seule mais étant marié j’ai peur que les banques ne comprennent pas pourquoi il n’investit pas avec moi….
    Donc je ne sais plus vraiment quoi faire !!! Si quelqu’un à une solution je suis preneuse….

    Répondre à Morgane
    1. Séverine
      Séverine le 17 mai

      Pour acheter seule vous devez changer votre régime matrimonial et choisir le régime de la séparation de bien.

      Vous aurez ainsi la liberté d’acheter et de vendre sans le consentement ou la signature de votre mari.

      Répondre à Séverine

Laissez un commentaire :
Votre adresse email ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *